Le commerce de détail fait sa révolution sur la livraison à domicile

Le commerce de détail fait sa révolution sur la livraison à domicile

A ma gauche, Walmart, n°1 mondial de la grande distribution. A ma droite, Amazon leader du commerce en ligne. Depuis plus d’un an, tous deux sont engagés dans une offensive commerciale qui vise à renforcer leur position sur la livraison à domicile et se traduit par des vagues d’achats et de fusions, focalisées sur le dernier kilomètre de livraison.
Le premier – Walmart – agit via l’acquisition principalement de sites web actifs sur l’e-commerce, comme Jet.com racheté en août 2016 pour 3,3 milliards de dollars. Avec dans la foulée, des salves d’acquisitions ou d’associations sur des créneaux spécialisés, comme l’équipement de plein air (Moosejaw), la mode (Bonobos, Modcloth,…) ou la livraison alimentaire (en partenariat avec Google et en collaboration avec Uber). En tout 500 millions de dollars ont été investis en 2017. Objectif : doper la part de Walmart dans le commerce en ligne, qui a doublé en cinq ans.
De son côté, Amazon (136 milliards de CA dont 95 dans la vente en ligne) n’est pas en reste et entend bien rattraper, à force d’investissements, son retard dans la distribution physique qui reste largement majoritaire dans ses activités. Non seulement, il veut s’imposer comme un transporteur à part entière avec sa flotte de camions, d’avions, de bateaux et bientôt de drônes, mais il rachète tout ce qui bouge dans le domaine de la livraison, en particulier sur le dernier kilomètre : technologie Cloud, bases de données, plateformes de paiement, intelligence artificielle, édition, … Partout dans le monde, c’est la valse des milliards.
Désormais, c’est tout le commerce de détail qui s’y est mis.